GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

La lettre DS

Social, écologie, démocratie: Trois piliers d’une alternative

S’il est une évidence de plus en plus partagée c’est que Macron et le gouvernement qu’il a nommé sont au service des riches et des milliardaires.

Après que 120 parlementaires communistes, écologistes, insoumis et socialistes aient demandé ensemble l’impact des mesures fiscales pour les riches, c’est le rapporteur du budget lui-même qui pose la question par courrier au gouvernement. Il ne s’agit pas de lever le secret fiscal comme tentent de le faire croire les ministres qui montent au front mais de connaître l’enveloppe globale concernant les assujettis à l’ISF et à l’intérieur ce celle-ci savoir de combien vont bénéficier les 0,1% les plus riches.

Le gouvernement résiste pourtant. Il fait mine d’être prêt à taxer les yachts, les jets, les chevaux de course … et quelques signes extérieurs de richesse mais c’est pour mieux faire passer l’essentiel. Quant au fond, qui peut prétendre sérieusement que les capitaux investis en actions vont favoriser l’investissement et l’emploi ?

La réalité c’est que la hausse des dividendes recherchée par les détenteurs de capitaux est synonyme de destruction d’emplois, de nouvelles restructurations

Un budget pour une autre politique

Le débat budgétaire doit être une occasion de présenter une autre politique en débloquant le point d’indice, en augmentant le Smic, en contrôlant les licenciements, en engageant la transition écologique. Rien de tout cela ! Le groupe « nouvelle gauche » (du Parti socialiste en fait) présente un contre budget « respectant l’objectif de déficit public rabaissé à 2,7%, comme les socialistes s’y sont engagés depuis 2012 ». Tout est dit dans ce tract ! Il n’y a rien de nouveau que de proposer - ni plus, ni moins - la même politique que celle rejetée du quinquennat Hollande. Affligeant !

Mieux contrôler les chômeurs

La sortie de Gattaz sur le contrôle journalier des chômeurs tombe à pic au moment où le chantier de l’assurance chômage est engagé.

C’est une attaque majeure contre les privés d’emploi qui risquent de voir leurs allocations se réduire, qui pourront craindre de perdre le droit à l’indemnisation s’ils refusent un poste trop éloigné et moins bien payé que celui dont ils ont été licenciés.

C’est une attaque majeure contre la protection sociale. En fiscalisant le financement de l’assurance chômage, en introduisant l’Etat dans la gestion, il s’agit de retirer la responsabilité du financement aux entreprises à partir des richesses produites et de transférer les cotisations sur l’impôt du plus grand nombre. Les assurances pourront proposer ensuite des assurances « perte d’emploi » pour booster les dividendes de leurs actionnaires.

La Sécu suivra, les retraites aussi.

Avec les ordonnances contre le droit du travail il s’agit donc d’une attaque majeure contre les conquêtes sociales préservées pour l’essentiel depuis la Libération de l’appétit de la finance.

La grande bataille est engagée ! Il va falloir expliquer et convaincre. Plus que jamais il y a besoin d’un front unitaire contre Macron et de développer les grandes lignes d’une politique alternative qui mette le « social au cœur ».

Miel et insectes

Moins de miel produit en 2017, moins d’insectes pollinisateurs ... la grande catastrophe se rapproche. Mais la lutte contre le glyphosate, contre les perturbateurs endocriniens piétine. Ils défendent leurs profits quand il faudrait défendre la vie. Rien n’est plus urgent que la transition écologique. Les solutions existent dès lors que l’action est organisée pour l’intérêt général et pas pour satisfaire les lobbys industriels.

Macron-Merkel-Rajoy : une Europe autoritaire

Non seulement le droit à l’auto-détermination est refusé pour la Catalogne mais Rajoy va plus loin. C’est le statut d’autonomie qui est remis en cause. Ce choix concerne tous les peuples d’Espagne. Et la méthode brutale ne l’effraie pas comme en témoigne la répression engagée.

Macron et Merkel soutiennent Rajoy. Ils l’ont déclaré avant même les décisions de ce dernier. C’est une conception caporaliste, autoritaire. L’Europe va mal. Avec ce trio et ses conceptions libérales en économie et autoritaires sur les droits démocratiques, l’Union européenne n’est pas prête à sortir de sa crise.

En France comme en Europe, avec le mouvement social et l’intervention citoyenne, il faut construire une alternative. Il y a urgence sur le social, l’écologie, la démocratie.

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…
Timers : total : 113.217 ms init : 20.099 ms render : 92.248 ms render:sql : 32.822 ms render:next cms:element : 14.143 ms render:image : 1.73 ms render:parseValue : 20.697 ms serialize : 874.043 µs