{"systempay":{"fname":"","lname":"","address":"","zip":"","city":"","country":"FR","email":"","prix":40}}

GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

La lettre DS Une

Gilets jaunes, rouges, verts : agir ensemble contre Macron

Après la forte mobilisation du 17 novembre le mouvement des gilets jaunes se cherche. Malgré son peu d’organisation, il dure depuis une semaine. Du côté syndical, comme du côté de la gauche la réflexion avance, mettant à l’ordre du jour la question des convergences sur les salaires, le pouvoir d’achat.

La taxe carbone (contribution climat-énergie) est basée sur le principe « pollueur-payeur ». Elle visait à renchérir les énergies fossiles afin d’orienter vers des énergies moins polluantes. Mais les constructeurs automobiles produisent de nouveaux modèles toujours plus gros, plus puissants et plus énergivores. Le transport routier a continué à être favorisé au détriment du ferroviaire ! En 2016, cette taxe carbone a même contribué pour 3 milliards d’euros au financement du CICE (1) ! Les entreprises grosses émettrices de CO2 sont exonérées de cette taxe carbone. Pour elles, il y a un système de quotas avec une bourse du carbone où on peut acheter ou vendre des droits à polluer. Un système dont on peut raisonnablement douter de l’efficacité environnementale. Les émissions de CO2 n’ont pas baissé ces dernières années, au contraire elles ont augmenté ! Capitalisme et transition écologique se révèlent bien incompatibles.

Pas de transition écologique possible sans justice sociale

La transition énergétique est largement comprise dans notre pays. Le problème est de savoir qui doit la payer. Car les questions d’injustice fiscale, d’inégalités sociales sont posées. La colère populaire qui a fait irruption dépasse la seule question du prix du carburant ! La cupidité des riches, encouragée par le discours de Macron sur les premiers de cordée,  devient intolérable. L’exemple de Carlos Ghosn, un des  chouchous de tous les gouvernements français, vient renforcer la révolte en cours.

Encore et toujours l’unité !

Les associations, les syndicats de salariés, les partis de gauche ont largement été vilipendés, suspectés d’archaïsme, par les partisans du « nouveau monde » macroniste. Tout cela pour les affaiblir et faire passer de nombreux reculs sociaux. La colère des gilets jaunes s’est alors largement développée en dehors des cadres organisés habituels. Pour faire reculer Macron, c’est pourtant la jonction entre gilets jaunes, gilets rouges  et gilets verts qui doit être recherchée. C’est cela qui empêchera les tentatives de récupération des Le Pen et Wauquiez. C’est aussi comme ça qu’on évitera le basculement vers la recherche de boucs-émissaires, ou les propos racistes et homophobes aujourd’hui heureusement très minoritaires. L’unité à gauche, c’est un enjeu dans une situation où tout est possible.

Augmenter les salaires, faire payer Total !

Les syndicats et les partis de gauche ont une grande responsabilité. C’est le moment de proposer une alternative ! La question des salaires doit être posée, la responsabilité de grandes entreprises comme Total, qui ne paient pas ou trop peu d’impôt malgré les bénéfices réalisés, doit être dénoncée. L’injustice de la fiscalité indirecte (TVA,…) est à combattre car plus lourde pour les revenus les plus faibles sur qui pèsent déjà des contraintes plus fortes (loyers, gaz, électricité, eau …).

Ensemble, on peut faire reculer Macron et lui faire connaître son premier échec.

Oui, mobilisons-nous tous ensemble le 1er décembre pour le social et le 8 décembre pour le climat !

Et dès à présent multiplions les initiatives convergentes dans les entreprises et les localités.

(1) https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/fiscalite-carbone

 

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…
Timers : total : 85.934 ms init : 21.909 ms render : 63.199 ms render:sql : 16.198 ms render:next cms:element : 14.379 ms render:image : 1.924 ms render:parseValue : 17.117 ms serialize : 833.988 µs