{"systempay":{"fname":"","lname":"","address":"","zip":"","city":"","country":"FR","email":"","prix":40}}

GAUCHE DÉMOCRATIQUE & SOCIALE

Elections européennes

Européennes : unité ou désespérance ?

Le mouvement des Gilets jaunes dure depuis deux mois. À l’instar d’autres grandes mobilisations sociales, des débats le traversent – sur la question démocratique comme sur celle de l’urgence écologique. Et persiste la question centrale d’un éventuel débouché politique à ce mouvement de fond. À ce titre, les élections européennes revêtent un enjeu décisif pour la gauche.

Le mouvement des Gilets jaunes marque profondément la situation. Il a et aura des effets différés sur tous les plans. Ces effets peuvent être revigorants pour la démocratie et le combat pour une société plus juste. Ils peuvent aussi être aux antipodes du souhaitable. Les manipulations de groupes d’extrême droite – même minoritaires comme aujourd’hui – peuvent conduire à une expression politique de la colère qui soit à l’inverse des objectifs profondément sociaux du mouvement.

La gauche, terriblement divisée depuis la victoire de Macron, semble incapable d’offrir une alternative. C’est le chacun pour soi qui semble dominer. Cette situation n’a pourtant rien d’inéluctable. Chaque force, à sa manière, soutient tout ou partie des revendications des Gilets jaunes. Au point d’imaginer d’avoir des candidats estampillés « Gilets jaunes » sur sa liste aux européennes. Ce serait désespérant dans la mesure où cela diviserait le mouvement. Et les extrêmes droites ne seront pas en reste sur ce point.

Des listes « Gilets jaunes » ?

Mais la perspective d’une liste « Gilets jaunes » est tout autant mortifère. Des groupes différents se sont déjà constitués au sein de ce mouvement et se concurrencent dans cette perspective. La division semble être la posture la mieux partagée. Quand bien même une telle liste apparaîtrait, les scores annoncés par les sondages lui donnent 4, 5 ou 6 fois moins de résultats que la sympathie dont le mouvement jouit dans l’opinion.

C’est la traditionnelle difficulté de traduire un mouvement social sur le plan politique. Pour qu’une majorité politique aux élections rejoigne la majorité sociologique, il faut une liste, des candidatures qui présentent un front uni et un programme en adéquation avec les attentes profondes qui s’expriment au plan social et démocratique.

Cinq points pour un accord

C’est tout l’enjeu pour la gauche : se rassembler sur un programme partagé permettant une unité plus large encore au sein de la société. À notre sens, il convient en priorité de :

  1. reprendre les mille milliards de fraude fiscale qui manquent à l’Europe  et sortir de l’austérité ;
  2. redistribuer les richesses, augmenter le Smic, les salaires, les retraites, les minimas sociaux et reprendre aux dividendes, aux actionnaires et spéculateurs ;
  3. revenir à la transparence, à la démocratie citoyenne, au pouvoir des parlements, contre la concentration des pouvoirs à la commission, dans les « euro-groupes » secrets et autres lobbies, contre le secret des affaires et le secret bancaire ;
  4. mettre en œuvre la transition énergétique et initier une planification écologique ambitieuse en commençant par imposer son principe aux multinationales et aux gros pollueurs ;
  5. faire de l’Europe une terre de liberté, de fraternité, d’égalité, dans le respect entre les peuples et les nations, dans l’accueil aux immigrés, une Europe des solidarités, pacifique et internationaliste.

Aux forces de gauche de décliner ces cinq points en propositions concrètes. Cela suppose de bannir le repli identitaire, l’affirmation des égos ou les calculs d’apothicaires qui voudraient que des listes séparées fassent plus – en les additionnant a posteriori – qu’une liste unique.

Risque d’extrême droite ou rebond à gauche ?

À l’heure où nous écrivons cet article rien n’est joué. Le pire reste possible avec la division et ses justifications multiples. Si elle se confirmait, elle aurait des conséquences durables. Elle laisserait la porte ouverte à d’autres expressions. D’abord celle d’une abstention massive avec le sentiment majoritaire de ne pas être représenté. Puis un vote qui se dessine déjà comme étant celui pour la liste Le Pen. Celle qu’on n’a pas encore essayée... Celles et ceux qui imposent le libéralisme et l’austérité en Europe se présenteraient comme des garants de la démocratie. La colère populaire se trouverait ainsi complètement dévoyée.

Ces risques existent. Mais si toutes celles et tous ceux qui les pressentent, qui voient la montée des nationalismes en Europe réagissent, poussent les directions des partis et mouvements politiques à répondre unitairement, alors tout sera possible. C’est la voie que nous continuerons à prendre. Soutien aux Gilets jaunes, unité Gilets jaunes, rouges, verts et liste unique de la gauche aux européennes pour passer devant Macron et Le Pen et faire vivre un espoir de changement.

Cet article de notre camarade Christian Normand est à retrouver dans le numéro de janvier 2018 de Démocratie&Socialisme, la revue de la Gauche démocratique et sociale.

La revue papier

Les Vidéos

En voir plus…
Timers : total : 148.48 ms init : 21.817 ms render : 125.826 ms render:sql : 52.412 ms render:next cms:element : 21.321 ms render:image : 3.119 ms render:parseValue : 24.775 ms serialize : 844.002 µs